Bali, entre spiritualité et végétation luxuriante (et comment éviter les spots à Instagrameurs)

rizières de Jatiluwuh

4ème mois de notre tour d’Asie en famille, nous voilà arrivés à Bali, l’île des dieux ! Nous sommes fin janvier, en pleine période des pluies, mais rien ne nous arrête, nous avons 30 jours pour profiter de Bali ! Et venir à Bali en cette saison est la meilleure idée que nous ayons eu !

rizières de Jatiluwuh

Ubud, ses temples et ses rizières

Nous arrivons tout droit de Bangkok. Pas de fatigue liée au temps de vol ni au décalage horaire, nous choisissons de partir directement dans notre guesthouse située à 30 minutes au Nord de Ubud, loin de l’agitation et du bruit. Son emplacement s’est révélé idéal pour nous.

Nous découvrons durant ces premiers jours sur l’île toute la richesse de Bali. Son atmosphère extraordinaire remplie de mythes, croyances et spiritualité. Comme ces offrandes confectionnées à la main, les “canang sari” disposés partout, dans les maisons, sur les trottoirs, au milieu de la route afin d’apaiser les mauvais esprits ou d’honorer les défunts.

Canang Sari Bali

A pied et surtout en scooter, moyen de transport idéal à Bali pour peu qu’on sache en maîtriser la conduite, nous avons traversé les petits villages qui mènent à Ubud, nous nous sommes perdus “volontairement” sur les chemins et dans les rizières. Et en cette saison des pluies c’est un vrai dégradé de vert qui s’offre à nous.

Rizières Bali

Nous découvrons également pourquoi certains sont très déçus de Bali, une île devenue trop touristique, qui a perdu de son authenticité.

Le temple Tirta Empul, devenu tristement spot Instagram

Après la Chine, le Laos et la Thailande, je comptais poursuivre ma visite des temples à Bali. Nous avons donc visité plusieurs temples à Bali, dont les plus connus: Tirta Empul et Pura Lempuyang.

Tirta Empul est un temple où coulent des eaux sacrées qui ont le pouvoir de nettoyer corps et âme selon un rituel bien précis. Les hindouistes viennent s’y purifier au moins une fois par an. Mais grosse déception.

Malgré une arrivée tardive en fin de journée, alors que nous sommes en basse saison, il n’y avait autour et dans les 2 bassins de purification quasiment que des touristes et des locaux qu’on pouvait compter sur les doigts d’une main. Brice le décrit (comme toujours) parfaitement bien dans son article. Il y a quelques années, les touristes venaient en tant que “voyeurs” observer simplement les rituels de purification. Aujourd’hui ils sont dans les bassins et sont devenus acteurs. Acteurs face à leur smartphone tenu par les “guides” balinais utilisés pour immortaliser leur rituel de purification. Triste. Je n’ose imaginer l’endroit en haute saison.

J’ai réussi tout de même à capturer quelques beaux moments.

Tirta Empul Bali
Tirta Empul Bali

Nous remarquerons plus tard que de nombreux autres temples de Bali sont réservés aux prières et donc aux locaux. Un peu frustrant pour ceux qui voudraient juste capturer détails et instants sans se mettre en scène avec une pose yoga au milieu du temple. Mais finalement c’est très bien que les Balinais se protègent ainsi.

Tirta Empul Bali

Heureusement sur les conseils de notre guesthouse, nous nous sommes rendus à pied au temple de Gunung Kawi Sebatu. Il n’y avait que nous, un autre couple de voyageurs et quelques locaux. Personne en somme !

Gunung Kawi Sebatu, notre temple coup de coeur

Situé au pied d’une jungle luxuriante, le temple Gunung Kawi Sebatu est beaucoup moins célèbre que Tirta Empul, pourtant il est aussi photogénique, et comme vous pouvez le voir il n’y avait personne ! C’est notre temple coup de coeur de Bali !

Gunung Kawi Sebatu
Gunung Kawi Sebatu
Gunung Kawi Sebatu
Gunung Kawi Sebatu
Gunung Kawi Sebatu
Gunung Kawi Sebatu

Les rizières de Tegallagang, aire de jeux pour instagrameurs

Nous avons fait une halte dans les rizières de Tegallalang, au Nord d’Ubud. Nous sommes hors saison, la pluie menaçait (et a fini par tomber) mais on a un aperçu de ce que doit être les rizières de Tegallagang pendant les mois de juillet et août.

Un coté pile plutôt sympa avec des rizières en terrasse (on n’avait évidemment pas encore vu celles de Jatiluwih).

Tegallalang rizières Bali

Un côté face moins sympa, avec des restaurants, des magasins, des balançoires et spots Instagram à tout va. Je vous laisse juge en jetant un oeil au hashtag #Tegallagang !

Tegallalang rizières Bali

Donc Tegallagang, vous pouvez aisément zapper de votre itinéraire sauf si vous tenez à votre photo sur les balançoires. Préférez toutes les autres que vous découvrirez au hasard de votre route.

Se perdre au milieu des rizières au Nord d’Ubud

A pied, en scooter ou en taxi, il suffit de se perdre sur les routes et chemins au Nord d’Ubud pour découvrir des rizières toutes plus belles les unes que les autres.

Rizières Bali
Rizières Bali
Rizières Bali
Rizières Bali
Rizières Bali

Et puis il y a les magnifiques rizières de Jatiluwih ! Ce sont parmi les plus belles rizières en terrasse de Bali. Vous pouvez vous y rendre sur une excursion à la journée avec un chauffeur au départ d’Ubud.

Les rizières de Jatiluwuh

Classées au patrimoine mondial de l’Unesco, elles permettent de comprendre le système d’irrigation en terrasse balinais : le “subak”. Si il y a bien des rizières à ne pas rater ce sont celles-ci ! Saison des pluies oblige, l’orage menaçait mais rendait les couleurs encore plus jolies. Il y a plusieurs circuits de balades dans les rizières, comptez une heure tranquillement pour la boucle rouge avant de continuer votre route comme nous pour Pemuteran ou bien pour un retour sur Ubud.

rizières de Jatiluwuh
rizières de Jatiluwuh
rizières de Jatiluwuh
rizières de Jatiluwuh
rizières de Jatiluwuh
rizières de Jatiluwuh Bali
rizières de Jatiluwuh Bali
rizières de Jatiluwuh Bali
rizières de Jatiluwuh Bali
rizières de Jatiluwuh Bali
rizières de Jatiluwuh Bali

Ubud et sa région, informations pratiques:

Où dormir sur Ubud ? Nous étions à Mirah Guesthouse, plus exactement dans le village de Tampaksiring. Petit paradis à 30 minutes au Nord d’Ubud en scooter. Son emplacement est idéal si vous souhaitez être au calme, bénéficier d’un accueil familial au sein d’une maison typique balinaise, vous promener à pied dans les alentours. Attention il y a peu de warungs à proximité, quelques supérettes, la possibilité de manger de bons petits plats dans la guesthouse, mais pour pouvoir vous déplacer en toute autonomie l’idéal est d’y louer un scooter pour une poignée d’euros par jour.

Où manger à Ubud ? Nous n’avons passé que quelques heures à Ubud que nous avons trouvé trop bruyante à cause de la circulation, mais avec tout de même de chouettes boutiques et restaurants ! Nous avons adoré l’ambiance du café Wayan, un grand classique de la ville.

Conduire un scooter à Bali ? Conduite à gauche, peu de panneaux de signalisation, nids-de-poule, scooters usés, la conduite à Bali comme en Asie en général est assez sportive et nécessite d’être suffisamment alerte et à l’aise sur un 2 roues, sinon c’est l’accident garanti ! Je ne peux conseiller absolument ce moyen de déplacement, c’est au choix de chacun.

Rizières Bali

Que faire ou ne pas faire à Ubud ? A Ubud il y a mille choses à faire : se perdre dans les rizières, déguster un chicken satay ou un nasi campur, découvrir l’architecture balinaise, comprendre les us et coutumes de la vie spirituelle balinaise. Il y a aussi des visites et activités qui vous l’aurez compris ne nous ont pas emballé. Nous avons zappé volontairement la monkey forest parce que des singes on en a déjà vu plein jusqu’à maintenant sans avoir besoin de payer pour cela. Si vous souhaitez quand même les voir, vous pouvez aussi les observer à l’entrée de la Monkey Forest et tout le long du parc, gratuitement.

Monkey Ubud

Mais heureusement ces lieux “façonnés” pour les touristes restent vraiment vraiment une minorité d’endroits et passé le Nord d’Ubud, tout le reste de Bali vous appartient !

Nous poursuivons notre séjour à Bali par le Nord Ouest de l’île : Pemuteran.

Je vous recommande également ces voyages

Aucun commentaire

Laisser un commentaire